Traitements Proposés

La plupart des femmes guérissent, il y a des moyens pour s’en sortir. 

Bien sûr, le chemin vers la guérison se fera sûrement par paliers, par petites améliorations successives, mais vous pouvez à juste titre espérer à terme une guérison complète et définitive.

Traitement sous forme de conseils :

  • Application locale de glace après les relations sexuelles ou lorsque la douleur se fait sentir
  • Utilisation de savons spéciaux pour la toilette intime: Ne pratiquer qu’une seule toilette intime par jour avec de l’eau tiède ou froide. Utiliser de préférence de l’eau claire pour la zone irritée et du savon de Marseille ou d’Alep pour le reste. Ne pas faire de douche vaginale (= introduction d’eau dans le vagin, avec une poire vaginale ou le jet de la douche). Ne pas utiliser de protège-slips quotidiens, de déodorants intimes ou de papiers toilette parfumés.Pendant les règles, utiliser des serviettes en pur coton vendues en magasin bio. Vous pouvez aussi utiliser une coupe menstruelle ou des serviettes hygiéniques lavables.
  • Le port de sous-vêtements de coton
  • Utilisation de lubrifiant pendant les rapports sexuels:

  

Les crèmes à application vulvaire et les infiltrations vestibulaires :

  • crèmes anti-inflammatoires
  • crèmes anesthésiques 
  • crèmes hormonales à base soit œstrogènes, soit de testostérone soit de corticoïdes
  • injection locale dans le vestibule : d’anesthésiques (lidocaïne) ou de corticoïdes.
  • huile d'amande douce, huile de jojoba, crème cicatrisante, gel d'Aloe Vera... une application par jour après la toilette intime.

 

Médicaments :

  • Les antibiotiques et les antifongiques s'il existe un composant infectieux associé
  • Les antalgiques (antidouleurs) : souvent inefficaces.
  • Anxiolytique: un traitement qui utilisé à de faibles doses permet de diminuer la voie de la conduction de la douleur. 

Attention les traitements anti-mycosique oraux doivent être privilégiés en cas de mycoses à répétitions car l'utilisation répétée de crème ou d'ovule peut conduire au déclenchement ou à l'entretien d'une hypersensibilité de la muqueuse vulvaire et donc d'une vulvodynie.

A cela il faudrait systématiquement ajouter un traitement complémentaire visant à restaurer la flore vaginale et intestinale et un hydratant local de type huile d'amande douce. 

 

         

       Alimentation:

L'alimentation joue un rôle très important sur la physiologie musculaire, la sensibilité de la muqueuse, des tissus et sur le stress.

Les mycoses se développant en PH acide. Il serait donc bon d'éviter les aliments entretenant cette acidité comme le pain sous toutes ces formes, les laitages de vache en excès et les sucres rapides, très présents dans l'alimentation quotidienne habituelle.

Ces aliments favorisent aussi les inflammations, donc il est bon de les limiter aussi pour cette raison.

Il conviendrait dans l'idéal de suivre un régime strict pendant un mois associé à du charbon végétal et des probiotiques puis de réintroduire progressivement chacun des aliments séparément en fonction de l'amélioration de la douleur.

 

La prise de probiotique par voie orale ou vaginal est très intéressante surtout lorsqu'il y a un déficit de la flore vaginal (flore de Doderlein peu abondante ou inexistante sur le résultat du prélèvement vaginal).

Il est possible de booster la lubrification avec des compléments alimentaires à base d'huile d'onagre.​ On peut les utiliser par voie orale comme vaginale. 
 

      Les médecines douces : 

Les techniques de rétroaction biologique (rééducation de la musculature périnéale par méthode manuelle ou à l’aide d’une sonde en biofeedback) et massage relaxant sont les traitements de première intention.

  • Acupuncture : Elle permet l'obtention d'une détente musculaire et d'un bien être général du corps. 
  • Homéopathie : Il existe des remèdes homéopathiques que l’on peut associer à la prise en charge ils sont généralement prescrit entre 7 et 15 CH à raison de 5 granules 1 à 2 fois par jour:

- Platina et Cactus : Ce sont les deux grands remède contre le vaginisme. 

- Staphysagria: C'est probablement un des médicaments les plus prescrits dans cette indication. On retrouve dans la symptomatologie une hyperesthésie vulvaire et un prurit aggravé par le contact. Un syndrome dépressif (avec intériorisation de frustrations, de vexations ou de contrariétés) majore la symptomatologie.

- Kreosotum: Classiquement prescrit face à des leucorrhées (pertes) irritantes, fétides et excoriantes, il est aussi très utile face à des brûlures vulvo-vaginales aggravées par le contact et la miction. Il n'y a pas de lésion.

- Carbo vegetabilis: Ce médicament convient tout à fait pour traiter des brûlures vulvaires sans érythème. Les muqueuses sont apparemment saines, sans lésions.

- Ratanhia: Ce médicament est utilisé dans le traitement des vulvodynies essentielles dont la symptomatologie douloureuse se caractérise par des brûlures intenses, aigües, "comme des coups d'aiguille".

- Lachesis mutus: Il est utilisé lorsqu'il existe une hyperesthésie (sensibilité) vulvaire souvent accompagnée d'une sècheresse vaginale. Le contexte de ménopause renforce l'indication de ce traitement.

- Alumina: Ce médicament sera surtout utilisé pour traiter une secheresse vaginale intense. Une constipation est souvent associée.

- Belladonna et Causticum: Ces deux traitements sont utilisés lorsque le périnée est oedématié, enflammé après le rapport sexuel

- Graphites et Staphysagria: A prendre pour le traitement des fissures ou des suites de chirurgie périnéale (hymenectomie, laser, opération de brides, cicatrice d'accouchement...)

- Staphysagria, Sepia et Argentum nitricum: booster la libido

- Monillia albicans: 1 dose en 30 CH pour toutes les patientes qui ont eu des mycoses à répétitions

  • Ostéopathie : un travail en interne est souvent très efficace en parallèle des séances de relaxation périnéale. Le travail ostéopathique est précieux et complémentaire. Il permet la levée globale des tensions fasciales et tissulaires, le ré-équilibrage pelvien et rachidien. La pratique de techniques tissulaires permet la libération émotionnelle ainsi que l'apaisement du système neuro-végétatif souvent associé.